Le mot plus cher(i) de la classe de Michèle D. de l’école ½

Ce mercredi, comme chaque mercredi, un groupe d’enfants de 3ème maternelle est venu à la photo-3bibliothèque. Ce mercredi, ils sont 12.

Ce mercredi aura ses histoires, ses chansons et aussi cette année son musicien qui joue du hautbois et du cor anglais… comme chaque mercredi…

Rendez-vous léger, amusant, plein de couleurs et de voix d’enfants qui résonnent au milieu de livres.

Mais, ce mercredi n’est pas un mercredi comme les autres puisque Saint-Gilles est Ville des mots !

Alors nous jouons au «  mot le plus cher », animation ludique imaginée par Carmelo Virone.

Le principe est un peu dévoyé, un peu adapté à la dynamique et la composition du groupe : il s’agit de petits enfants et nous ne disposions que de 30 minutes, car pas question de faire l’impasse sur une histoire racontée et des chansons.

Chaque enfant est invité à citer un mot qu’il aime, qu’il chérit ( !), ce mot –là eut d’ailleurs son succès !

Voici la liste des mots proposés, ils sont venus très vite, presque sans hésitation, avec conviction.

Mer, Maman, Papy, Feuille, Grand-mère, Pain, Indien, vert, Cow boy, papa, Fleur, Cool, Presbytère, Chat, Murmure

Tour final : il faut choisir le mot le plus chér(i) des mots chér(i)s pour le groupe, et là encore aucun d’entre nous n’a hésité :

Fleur

Avec dans les rôles des diseurs de mots : Marouan, Adam C, Mohamed, Ema, Diana, Soraya, Piotr, Krystian, Houda, Nadia, Younes, Adam H., Michele D. , Annette, Françoise.

Voilà c’était un mercredi Ville des mots à la bibliothèque 😉

Un Goncourt Place Morichar

2218084451.2

Je suis Charles Plisnier.
Vous ne me connaissez plus ?
Ce n’est rien.
Je reste vivant. Je vis encore ce que vous vivez, entre frontières qui s’ouvrent et murs qui se dressent.
J’ai grandi à Mons, ville de mes premières amours.

J’ai habité Place Morichar, entre les deux guerres. J’étais avocat. Je ne défendais pas n’importe quelle cause. Dès cette époque, comme mon héroïne Pilar, j’ai cessé d’être tranquille ! J’ai défendu Sacco et Vanzetti. J’ai été communiste. Jusqu’à ce qu’on me mette à la porte du Part. Comme Trotski.

IMG_2294Le mardi, je recevais chez moi de nombreux artistes et intellectuels comme les poètes. On reconstruisait le monde et la culture.

J’ai reçu le Goncourt en 37, pour Faux Passeports. C’était un plaidoyer pour la liberté et la responsabilité individuelles. On n’avait pas encore donné le prix à un écrivain non français.

9782804013042FSEt comme je combattis ! Au dehors, contre les ennemis de l’Internationale ; au-dedans, contre ces frères en qui je croyais voir monter l’erreur et qui allaient, de jour en jour dégénérant. Ah ! combien de séances nocturnes, autour des tables de bois blanc, à discuter les thèses, à chercher les mots d’ordre ; combien de meetings dans les salles saturées de fumées et de sueur, d’impatience et d’espérance ; combien de manifestations et dans combien de villes, au-devant de ces cortèges escortés de camions de police et guettés par les fusils ; combien d’itinéraires à travers cette Europe où mon destin m’enfermait, toujours seul contre le pouvoir, autos-mitrailleuses de Hambourg, barque illégale sur la Baltique, rêts de la gendarmerie de Sofia, officiers à toutes les frontières – il faut passer, passage, passe-passe, faux passeports. (Faux passeports, Corrêa, 1937, pp. 15-16)

Le soir même, je fus à la prison.

Dans ce parloir où j’attendais qu’on m’amenât Maurer, j’oubliais Pilar, sa triste histoire d’amour et son cœur partagé. Que mon esprit réprouvât l’attentat individuel, ne pouvait empêcher qu’une violente sympathie me portât vers cet homme qui avait tué. Et sans doute les révolutions ne se font pas de cette manière. Mais dans cette Espagne du Directoire où la révolte était un feu vieux et dormant, est-ce qu’il n’était pas ordonné à certains de jeter des étincelles pour faire lever les moissons de flamme ? Et celui-ci avait sacrifié plus que sa vie ?

[…]

Tout à coup, il m’interrompit. :

– Vous n’êtes pas libertaire ?
– Non ! Avant vingt-huit, j’appartenais au Parti Communiste.
– Alors, fit-il en souriant, alors, pour vous, je suis un assassin vulgaire, bon après tout pour la corde….
– Non, Maurer, répondis-je. Vous vous trompez. Je ne puis approuver vos méthodes. Ce sont celles de gens qui croient qu’on fait l’histoire avec des héros. Et je crains qu’en fin de compte, elles ne causent au mouvement ouvrier, à peu près autant de mal que de bien. Mais je vous prie de ne pas me tenir pour un ennemi, ou un imbécile.

Alors, il rit de tout son cœur et se mit à me parler comme un ami. imsg06

(Faux passeports, Corrêa, 1937, pp. 60-63)

 

 

assoc-ch-plis-logoL’association Charles Plisnier regroupe celles et ceux qui travaillent à maintenir vivante la pensée et l’œuvre de Plisnier. Elle défend la langue et de la culture françaises et leur diversité.

Elle publie une revue trimestrielle, Francophonie vivante, qui traite de langue, de littérature et de beaux-arts, de traditions populaires, se fait l’écho des manifestations culturelles de la francophonie, propose des comptes rendus de colloques, d’expositions, d’ouvrages de langue et d’œuvres littéraires. Elle publie aussi des ouvrages en relation avec ses objectifs et octroie des prix.

Association Charles Plisnier
Maison de la Francité Rue Joseph II, 18 – B 1000 Bruxelles
Tel : 00 32 (0)2 537 04 49
Courriel : asso.plisnier@gmail.com
Site internet : www.charles-plisnier.net
Blogue : francophonievivante.blogspot.com/

Appel aux conteurs !

Bonjour,

Visuel_Zenitude MobileNous proposons les dimanches 15 et 22 Mars de 13h30 à 16h30/17h00 des animations dans le parc Pierre Paulus, nous nous installerons aux pieds des arbres pour y écouter vos belles histoires!

C’est pourquoi nous sommes à la recherche pour nos journées « Zénitudes mobiles » de :

  • conteurs, conteuses
  • personnes pratiquant la méditation guidé, relaxation

Il n’y a pas de thème défini, cependant il faut savoir qu’il y aura des petits comme des grands.

Pour conclure, il s’agit d’une démarche bénévole.

Pour nous contacter :

MAIL: contact@indexpouce.com
GSM: 0470 10 95 31

Cordialement,

Indexpouce

Appel aux auteurs saint-gillois!

La Bibliothèque et la Maison du Livre souhaitent proposer une application pour tablettes et smartphones permettant de découvrir les auteurs qui vivent ou ont vécu dans notre chère commune. Il n’y a pas que les fameux écrivains Plisnier, Rodenbach, Henri Vernes ou Henri Michaux, il y a également de nombreux paroliers, chroniqueurs, bédéistes, auteurs de polars, blogueurs et poètes contemporains. Cette application donnera la possibilité à ses utilisateurs d’arpenter les rues de Saint-Gilles pour découvrir les façades historiques tout en découvrant des personnalités littéraires et en écoutant des extraits de textes classiques ou atypiques.

Ceci est un work in progress! Nous faisons donc un appel aux auteurs de la commune !

Vous êtes saint-gillois et vous écrivez, vous connaissez des auteurs vivant ou ayant vécu à Saint-Gilles ? Vous détenez des informations, des anecdotes sur la commune, une rue, un quartier de Saint-Gilles vus par des écrivains ? N’hésitez pas à prendre contact à l’adresse ecrivains.1060@gmail.com afin d’agrémenter le projet de ballade littéraire dans notre commune, appelé à se développer sous différents formats.

Merci d’avance!

Invitation : Conférence de presse et Fête d’ouverture Ville des mots

admin-ajax.phpComme vous le savez, du 14 au 22 mars, on jouera avec les mots aux quatre coins de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour la 20ème édition de La langue française en fête.

La commune de Saint-Gilles se prépare tout particulièrement à accueillir l’événement puisqu’elle a été désignée Ville des mots 2015. Quatre institutions se sont rassemblées pour piloter ce projet : le Centre culturel Jacques Franck, le Service de la Culture de Saint-Gilles, la Bibliothèque communale francophone et la Maison du Livre.

En tant que porteur de projet labellisé Saint-Gilles Ville des Mots 2015, nous avons le plaisir de vous inviter à la conférence de presse de La langue française en fête le 2 mars 2015 de 13h à 15h en présence de Monsieur Charles Picqué (Bourgmestre de Saint-Gilles), Madame Joëlle Milquet (Ministre de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles), Monsieur Jean-Marie Klinkenberg (Président du Conseil de la langue française et de la politique linguistique) et Monsieur Carlo Luyckx (Échevin de la Culture de Saint-Gilles).

Du matériel de communication (affiches, flyers) vous sera distribué à cette occasion.

Le 2 mars 2015 de 13h à 15h
Maison du Peuple
Parvis de Saint-Gilles 37
1060 Bruxelles

La Fête d’ouverture de Saint-Gilles Ville des mots aura lieu quant à elle le samedi 14 mars à 16h au Jacques Franck. Au programme : animations, vernissage des expositions et verre offert aux porteurs de projets.

Le 14 mars 2015 de 16h à 20h
Centre culturel Jacques Franck
Chaussée de Waterloo 94
1060 Bruxelles

Au plaisir de vous accueillir nombreux à ces deux rendez-vous et tout au long de cette semaine festive,

                                         Le Comité de pilotage de Saint-Gilles

Matinée Langages

Bons mots et bonbons - visuelLes mots, outils précieux, nous intéressent et nous titillent !

Lors de la Matinée Langages, le dimanche 8 mars, de 10h00 à 13h00, à la Maison du Peuple, nous créerons de drôles de bandelettes colorées remplies de mots, servant à décorer des arbres saint-gillois !

Cerise sur le gâteau ! Nous fabriquerons aussi une piñata de mots et… de surprises… à savourer ensemble le 22 mars dans la Kermesse pour tous!

Quelques photos prises lors de cette matinée festive :

« Le mot le plus cher » à la bibliothèque communale de Saint-Gilles

DSCN0336Notre club de lecture « au travail » !

La bibliothèque de Saint-Gilles propose à ses lecteurs un club de lecture un jeudi par mois à 18h. Celui-ci, nommé par ses participants, « Je dis livres » réunit en toute convivialité une douzaine de personnes autour d’un livre « coup de coeur » présenté par l’un de ses membres.

Hier soir, lors de notre réunion mensuelle, nous avons participé à l’appel fait par Carmelo Virone promoteur du projet « Le mot le plus cher » d’élire notre mot le plus précieux et de justifier notre choix.

Nous étions 9 à participer à cette animation, et voici les mots proposés :

connaissance, tolérance, cœur, démocratie, faire, lien, apocalypse, mésothèse (qui vient du grec mésos), et attitude

Aussi bien « connaissance », « démocratie », « cœur », « tolérance », « lien », « mésothèse » (qui signifie pour Aristote « juste milieu » cela renvoie à négociation, au compromis,…) et que « attitude » renvoient à des valeurs élémentaires véhiculées par tous les discours politiques et humanistes occidentaux. Ces mots appliqués aux domaines politique et public restent des mots s’ils ne sont pas suivis par des actes. « Je dis livres » a, donc, décidé de voter pour « faire ». Ce mot symbolise pour nous l’engagement dans une action : dire est facile, faire c’est agir et ne plus parler. Tous les autres mots sont des mots vides, des slogans car ils sont parfois juste dits et leur sens est différent selon l’époque, le pays, la personne qui les prononce. Ils ne valent que s’ils sont mis en pratique.

À ce mot, nous avons aimé lui accoler, « savoir » pour en faire « savoir-faire » qui est directement appliqué à un travail, un art, une technique et qu’il dépasse la connaissance théorique.

Une dernière explication pour « apocalypse » la lectrice qui l’a proposé le trouve tout simplement beau, le sens n’étant pas une préoccupation pour elle.

Vous êtes les bienvenus et nous vous invitons à nous rejoindre à nos prochaines rencontres de notre club de lecture le 26 mars à 18h où le livre de Jacques Semelin « J’arrive où je suis étranger » sera présenté par un duo de lecteurs.

Prix Paroles Urbaines 2015 // Sélection Slam (a capella)

1534803_1080480281978271_3453655838780804340_o

Aux amateurs de sons, de sens, de poésie a capella, douce ou sauvage…
Aux amateurs de rythmes, de rimes, de souffle, et de flow…

Le 26 février, à 19h, venez découvrir les 15 paroliers, slameurs, « poètes urbains » sélectionnés pour la demi-finale des Prix Paroles Urbaines : SKASH, FRED MENDES, LISETTE LOMBE, PARFAIT POUKAP, JAKBROL, SIMON RAKET, LIAM, LE CHAUVESOURIT, ALX, AKKAD, MC YOUNS, RIMACAŸ… au Pianofabriek (rue du Fort, 35 – 1060 Saint-Gilles).

Venus de Bruxelles et des quatre coins de Wallonie, les artistes scanderont chacun deux textes « a capella » devant un public (qui pourra voter pour offrir son « prix »). 150 minutes de paroles à partager sans modération…

Trois artistes seront sélectionnés par un jury professionnel pour participer à la soirée « Prix Paroles Urbaines » qui se tiendra le dimanche 08 mars au Botanique (dans le cadre du Festival Lezarts Urbains 2015).

Les Prix Paroles Urbaines sont des Prix littéraires de la Fédération Wallonie Bruxelles qui mettent en valeur les écritures urbaines. Ils récompensent des artistes dans trois catégories différentes : le Slam, le Spoken Word – texte scandé avec musique – et l’écriture Rap. 

ATTENTION, VU LE NOMBRE IMPORTANT D’ARTISTES PROGRAMMÉS, IL N’Y AURA PAS DE MICRO OUVERT.

Infos : Lezarts Urbains : 02/538 15 12 – www.lezarts-urbains.be
Ouverture des Portes 19h, début des prestations 19h30.
Salle Zabriski.
Bar ouvert sur place.

 Une soirée proposée par Lezarts Urbains, en collaboration avec Le Pianofabriek, avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Suivre l’événement sur Facebook : https://www.facebook.com/events/437228373109277/?fref=ts

Saint-Gilles élue Ville des Mots

Dans le cadre de la Semaine internationale de la langue française en fête qui se déroule dans toute la Fédération Wallonie-Bruxelles, Saint-Gilles est la « Ville des Mots » 2015 ! Du 14 au 22 mars 2015, rejoignez la fête : tout le monde est invité ! Lettres et phrases vont animer vos rues et vous surprendre dans des lieux inattendus. Au menu : ateliers, spectacles, poésie, débats, jeux, musique, films… Préparez-vous à célébrer les mots de mille façons à travers le thème du partenariat entre les langues, illustré par le slogan « Dis-moi 10 mots que tu accueilles ». Une initiative de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service de la langue française, pilotée par le Centre culturel Jacques Franck,  le Service de la Culture de la Commune de Saint-Gilles, la Bibliothèque communale francophone et la Maison du Livre.

image007